© 2019 Marie-Cécile Casier

 

 

Pour tenter de comprendre le travail de Marie Cécile Casier, partons des gonades. Ces glandes productrices de gamètes et d’hormones sexuelles, qui à la douzième semaine de la conception, déterminent le sexe de l’embryon. Si la nature pourvoie à la diversité, la culture affine les sensibilités liées au genre. Les Gonadoudous sont des doudous transformables par rétroversion. En un tour de main les ovaires deviennent testicules, le vagin pénis et réciproquement.

 

Marie Cécile Casier est née d’une grossesse gémellaire : deux êtres semblables de sexe féminin. Pas étonnant alors de trouver dans son travail des références au double et au miroir. L’artiste nous fait entrer dans sa quête d’identité. Elle questionne l’apparence comme appartenance à une classe sociale. Le vêtement comme carcan confinant l’individu dans un rôle prédéterminé. Dans ses installations, elle met en scène des personnages archétypaux : le brigand, le militaire, la prostituée, l’ouvrier. Autant de facettes révélées par une personnalité, à condition d’accepter de muer et de changer de peau. 

 

Un travail troublant au goût parfois doux amer, précisément lorsque Marie Cécile Casier s’intéresse à l’identité féminine. A commencer par ses femmes sardines, modèles féminins reproduits sur le papier brillant des pages de magazine.  Elles enroulent et retroussent leurs jupes laissant à leurs places le vide du mur de l’exposition sur lequel elles sont encollées. Images désuètes de femmes stéréotypées, étiquetées et épinglées à la manière d’un entomologiste : les princesses, les garces, les coincées, la concierge, le banc de sardines… Lorsque l’artiste les décolle pour les exposer dans un nouveau lieu, les femmes sardines sont fragilisées, amochées, esquintées. Elles portent les traces des monstrations successives. 

 

Approchez-vous maintenant de Coppélia, la danseuse en tutu, grandeur nature. Elle fait le poirier, tête en bas, sur un podium à musique. Son tutu retombe sous l’effet de l’attraction terrestre. Regardez de plus près cette jolie poupée. Approchez, je vous prie… Voyez en lieu et place de son sexe, un œil grand ouvert grossièrement brodé au fil noir. Un œil, qui vous regarde et projette votre image de voyeur sur les murs de l’installation.

 

Toujours les gambettes en l’air, voici les femmes autruches, jupes retombantes sur leurs visages. La gente féminine se résumerait-elle à deux paires de jambes aguicheuses et joliment galbées ? Femmes dépersonnalisées ? Voilées ? A demi enterrées ?  Les femmes de Marie Cécile Casier sont douées d’humour. Elles font sourire souvent, sourire jaune parfois. On croit voir là une dimension militante, presque rassurante. Ni salopes, ni putain, ni boniche… mais alors quoi ? Femmes joyeuses prêtes à accoucher de leur féminité ?  

 

Lorsque Marie Cécile habille les troncs d’arbre de l’île d’Andrésy, lorsqu’elle les revêt de dessous affriolant, l’île semble alors peuplée d’entité féminines épanouies : jupes à pois rouge étales sous un magnolia, corsets raffinés épousant la base d’un tronc aux formes sensuelles… Nous voilà projetés dans un univers magique emprunt de paganisme et de réjouissances. Si nous aimons les femmes de Marie Cécile Casier lorsqu’elles assument leur part masculine, nous les aimons tout autant lorsqu’elles déploient leurs charmes et leurs charges érotiques. Même si ses héroïnes doivent parfois en découdre, elles assument toujours leur féminité avec audace et impertinence.

 

L’artiste explore la femme dans tous ses états : femme enfant, amante et mère, toutes sont présentes au fil des installations. Ceinturée à un arbre maître de la forêt de Chailluz, nous sommes invités à pénétrer sous les jupes de la mère universelle, Mâ. Une vaste jupe à cerceaux que l’on imagine volontiers portée par une reine mère d’une lignée matriarcale. Nous nous tenons bien au chaud à l’abri de la nuit et des intempéries sous ses jupes à volants tandis que l’installation diffuse le son d’un cœur qui bat. 

 

L’arbre est un élément récurent dans le travail de l’artiste : arbre érectile, lien entre la terre et le ciel, la mère et le père, arbre miroir dont les racines équivalent aux branches, le dedans au dehors, le haut au bas. L’artiste noue du sisal en corde. La corde devient tronc. Puis patiemment elle défait l’écheveau, sépare chaque brin. Elle approche l’infiniment petit. Elle touche l’unité dans ce travail manuel, répétitif et méditatif.  

 

A travers les formes organiques qu’elle déploie, Marie Cécile Casier cherche l’essence même de ce qui nous fait humains, à la fois singuliers et complémentaires. Avec danse de la lune, vingt huit disques animés par une courroie électrique, l’artiste nous entraîne dans une cosmogonie personnelle, dans un grand tout interdépendant mais non indifférencié. Elle crée le mouvement. L’un entraîne l’autre dans la danse. La danse ne mène nulle part. Elle contient en elle-même son origine et sa fin. Cette œuvre n’est pas sans relation avec les Tite mite, dessins de squelettes au trait, qui au fur et à mesure qu’ils se fabriquent, se détricotent. Comme si le vide engendrait le plein et la mort appelait la vie dans un cycle infini. 

 

Au fil de ses œuvres, Marie Cécile Casier fait le grand écart entre des polarités qui habituellement s’ignorent ou s’opposent. Masculin et féminin, stalactites et stalagmite, microcosme et macrocosme, fétichisme et féminisme, science et spiritualité.  Sans complexe, elle tente de raccommoder ce que nous avions fini par croire irréconciliable.

 

Estelle Pianet