© 2019 Marie-Cécile Casier

Back To The Trees

Forêt de Chailluz

Besançon

2011

 

Diamètre: 4m

Tissu satin, dentelles, armature, bande sonore "Mâ", haut-parleur

Elle s’assit et tapa sur les deux côtés du cœur : Boum, boum! Boum, boum! Tandis qu’elle jouait ainsi, elle se mit à chantonner : 

« De la chair ! De la chair ! De la chair ! »

C.P Estès. Femmes qui courent avec les loups

La nuit, dans une petite clairière au milieu des bois, une jupe à un arbre, on se glisse dessous, proposition est faite d’assister à une rencontre : celle d’un arbre, de la terre et d’un être humain.

Une intimité se crée, l’arbre prend une présence charnelle et le cœur de la terre bat, ceux-ci s’entremêlent : où fini l’arbre et où commence la terre ? Les racines avancent comme des doigts coiffants des cheveux, ils glissent dans la terre ; celle-ci respire, enveloppe, épouse les contours. La mousse présente sur l’arbre apparaît comme un tronc velu et invite à la caresse ; la terre est glabre, débarrassée de ses feuilles mortes et de ses branchages elle n’en paraît que plus vivante, présente !

Alliance de la force et de la délicatesse.

La jupe nous enveloppe, nous rapproche du centre, nous invite à observer cette nature différente, magnifiée par la nuit et la chaleur de l’éclairage.

L’artificiel et l’incongru provoquent, révèlent, subliment le naturel.